Chapitre 1
Contexte démographique

Nature des données démographiques utilisées
Origines régionales des immigrants français en 1843
L’émigration Bigourdane de 1853 à 1873

Le graphique que nous vous soumettons ci-après, permet d’illustrer les trois principales périodes de l’émigration française en Uruguay :

La période initiale, intitulée
«Les Premiers Arrivants», correspond aux années postérieures aux soulèvements argentins et uruguayens pour la conquête de leur l’INDEPENDANCE. Elle coïncide avec l’arrivée des premiers émigrants européens

La deuxième période«Le temps des Français» débute en 1837 avec la proclamation de la constitution de la République Orientale de l’Uruguay et s’achève avec la fin du siége de Montevideo, puis la fuite du dictateur ROSAS en Grande Bretagne. Cette période, que nous aurions pu également appeler « Raz de marée sur Montevideo » constitue en effet la grande époque de l’émigration française en Uruguay. Elle a atteint son apogée en 1843, au beau milieu de la « Guerra Grande ».

La troisième période, baptisée « La Période Argentine » débute en 1852 avec le déclin de Montévideo comme premier port de débarquement des français dans le Rio de la Plata.
A partir de là, cette place prépondérante sera occupée définitivement par Buenos Aires, malgré une certaine reprise de Montevideo pendant la Guerre de la Triple Alliance (1865-1870) contre le Paraguay.

11) Sources des données démographiques utilisées

L’image de cette évolution a été établie , notamment à partir de données démographiques empruntées aux l’historiens Jacques DUPREY et José Pedro BARRAN.

URUGUAYMONTEVIDEO
AnnéeNb Habitantsdt étrangersNB Habitantsdt étrangersdt français
18003100010000
18307400020000
184014000030000340002600013000
1852132000285004000017000 8500
1860222000490005600027840 9000
18683850001350001260006000010000

Ces éléments ne sont cependant que des approximations. Les données statistiques sur cette époque ne sont en effet ni sûres ni abondantes.

Dans les pays de la Plata , la première moitié du 19éme se caractérise par une situation politique très instable et par des guerres incessantes, avec souvent comme conséquences la destruction des documents laissés par le colonisateur espagnol ou l’occupant portugais. Cette situation, n’ a pourtant jamais été un obstacle aux arrivées massives de nouveaux émigrants. Elle a cependant freiné, en particulier pour les régions de l’intérieur, la mise en place et le suivi de statistiques nationales. Il convient cependant de retenir une meilleure connaissance pour Montevideo ou Buenos Aires dont on connaît , heureusement, un peu mieux l’évolution.

Il en va de même pour la France, bien que pour des raisons différentes.

Il faudra en effet attendre 1855 et la mise en place des premières mesures sur la réglementation de l’émigration pour voir apparaître les premiers documents administratifs ( suivi des demandes de passeports). Issues de ces contrôles subsistent également les « Liste des Visas de passeports Français à l’Embarquement au départ de Bordeaux » disponibles aux Archives Départementales de la Gironde. Cependant ces informations sont souvent incomplètes et manquent d’homogénéité. Enfin d’autres types de documents, en particulier certaines listes de passagers ont disparus lors d’un incendie des archives de la Bourse Maritime de Bordeaux a u cours des bombardements de 1944 par l’aviation alliée .

12) Origines régionales des immigrants français en 1843 :

Pour la période antérieure à 1850, et principalement les années 1837-1843 qui constituent le grande époque de l’émigration française en Uruguay, nous avons essayé de nous faire une idée objective sur l’origine géographique des immigrants français présents à Montevideo.
Faute de mieux , nous sommes partis d’un échantillon, malheureusement limité réduit ( 62 individus sur le total de 104, pour lesquels nous connaissons les départements français de naissance ) , issu des listes dressées parle père Braconnay, aumônier de la légion Français et de l’extrait publié par Jacques DUPREY en 1950

Cet échantillon permet cependant de dégager un certain nombre de tendances sur l’origine géographique de la population française de Montevideo en 1842/1843 (en % du nombre d’individus).

Régions Aquitaine et Midi Pyrénéenne 87 %
Régions du littoral atlantique (Hors Bordeaux et Bayonne)8 %
Régions du littoral Méditerranéen:3 %
Région Centre2 %

La synthèse départementale ci-après vient confirmer l’origine pyrénéenne massive des émigrants français, ainsi que l’effet « tache d’huile » de cette migration ( contagion géographique, partie du pays basque, s’étendant étendue progressivement aux départements voisins) :

Basses Pyrénées (64)65%
Hautes Pyrénées (65)12 %
Ariége (09)2 %
Gers, Landes et HG (limitrophes des départements pyrénéens)5 %
Autres départements non limitrophes (y compris 33)16 %

13) L’émigration Bigourdane de 1853 à 1870

Les informations que nous avons résumé ci-après, sont issues d’une note publiée par Pierre Mangin et intitulée « L’Emigration des Hautes Pyrénées sous le Second Empire ».
L’auteur est parti de la documentation trouvée aux Archives départementales des HP, et concernant les passeports délivrés dans le département pendant le 2éme Empire dans les HP. Cette source demeure malheureusement très incomplète :

a) Tableaux récapitulatifs annuels des passeports délivrés dans les HP Pas de domicile ni de destination ( information fournie donnée en Bloc) Ils séparent cependant voyages d’agrément et voyage d’affaire Donne la profession la tranche d'âge (- de 15 ou +) et si Algérie

b) Cahiers d’enregistrement depuis 1867 : Date, nom, prénoms, domicile et lieu de destination Pas de profession, ni destination pour l’Algérie Concernent surtout l’Arrondissement de Tarbes.

c) Pour la seule année 1870 sont joints les talons de passeports et demandes de Passeports Elle donne également les professions et les âges

31) Nombre de Voyageurs par Destination

AnnéeAlgérieAmer NORDAmer SUDNombre deNombre de
LouisianeArgentinevoyageurspasseports
Sto DomingoUruguay
185385152114351300
18541543103718351000
18554111308001341920
185610001903791569930
18577061583521216 900
1858210111240561480
185990180200470400
1860127270267664590
18617217365454380

HommesFemmesEnfantsTOTAL
1857631424 *2411296* dont 155 mariées
1861237253480
1871330100**430**peu de jeunes enfants

Nlle OrléansMontevideoBuenos Airessur un TOTAL de
186714480105408
18692369150275

Le cahier de 1867 mentionne le passeport pour Montevideo (21 Mai N°69) de Isidore Ducasse (LAUTREAMONT) dont le père était employé au Consulat de Montevideo.

32) Origine des Emigrants

Les émigrants sont originaires de toutes les communes, avec une nette prédominance pour la région des coteaux et la plaine de Tarbes. Joseph Mangin n'a pas communiqué son relevé par canton. En effet, sauf pour l'arrondissement de Tarbes et les années 1867-1870, les listes de passeports ne sont pas complétes. Il a cependant pu procéder a des regroupements géographiques et sa note propose le classement régional suivant:
- Dabord, la Région des coteaux : essentiellment les cantons de Pouyastruc, Trie (82 passeports en 1867), Tournay
- Ensuite, la Plaine de Tarbes: canton de Tarbes, Vic, Ossun
Ville de Tarbes, 33 personnes en 1867 - 40 en 1868
24 pour Ossun,
18 pour Vic (3000 Habitants)
- et enfin, la région de Riviére Basse où la proportion d'émigrants ressort comme nettement plus faible.
PRINCIPALE RAISON D'UNE EMIGRATION SPECIFIQUEMENT BIGOURDANE: Il apparaît qu'effectivement le mouvement d'émigration Bas-Pyrénéen vers le Rio de la Plata soit d'abord parti de la région de Vic-Bigorre. Les communes d'origine les plus fréquemment citées par nos interlocuteurs, de part et d'autre de l'Atlantique se situent en effet très souvent dans les deux régions signalées par Joseph Mangin.
Les études sur l'émigration Franco-Pyrénéenne en Uruguay et Argentine ont mis en lumiére l'importance de la prospection et de la propagande développées par les agences d'émigration ....
L'agence, créée à CAIXON (3 kms de Vic, 7 de Maubourguet, 10 de Rabastens, et 21 de Tarbes ...) par BROUGNE, un ancien docteur en médecine de la région, et les diverses rééditions de son livre, ont largement contribué au développement de cette émigration malgré les vicissitudes rencontrées par les participants à une premiére et seule expédition montée par lui vers l'Uruguay.
Nées dans ces agglomérations et dans les petites localités avoisinantes : Nouailhan, Artagnan, Tostat, Castera-Lou, Oléac-Debat, etc... , la prospection et la propagande s'y sont prioritairement développées avant de gagner progressivement l'ensemble du département.
Le mouvement régional, ainsi amorcé par BROUGNES, a ensuite continué à se développer pendant tout le reste du 19éme siécle, avec l'apparition d'une émigration de deuxiéme génération, cette fois suscitée par les premiers arrivants et fondée sur une forte la solidarité familiale ou villageoise.

33) Renseignements divers

: 1867: 330 hommes et 100 femmes - Peu de jeunes enfants partant avec leurs parents
1870: Grand nombre de jeunes gens de moins de 21 ans, partant avec un passeport séparé

Cette année sur 164 passeports:
79 pour Buenos Aires,
30 pour Montevideo,
17 pour la Nouvelle Orléans.

Par Tranche d'âge:

15 à 21 ans: 55 passeports,
21 à 40 ans: environ 60,
+ de 40 ans: les autres

L'examen des dossiers de 1870 montre l'importance du nombre de passeports délivré à destination des HP et établis en Amérique. Ils concernent des personnes rentrées pour quelque temps en France (environ 20% pour 1870). Une autre catégorie, celle des enfants envoyés en France pour leurs études et repartant (cas de Lautréamont).

34) Professions:

La plus part sont des non cultivateurs, essentiellement artisans ruraux en provenance de petites localités: Boulangers, charpentiers, maréchaux-ferrands, cordonniers, etc...